LA COLOMBE DE GOUNOD

Dimanche 2 février à 16h30 à l'Espace Ararat
La Colombe de Gounod, Opéra de poche

Opéra comique de Charles Gounod sur un livret de Barbier et Carré.
Création au Théâtre de Baden-Baden, le 6 août 1860

Acte 1. Une petite chaumière près de Florence
Mazet, valet d'Horace qui a perdu sa fortune, chante des couplets à la colombe qu'il est en train de nourrir (romance: "Apaisez blanche colombe"). Maître Jean, majordome de la comtesse Sylvie, arrive dans l'intention d'acheter l'oiseau pour elle. Mazet explique que la colombe est capable de faire des prouesses en tant que messagère et qu'il tentera de convaincre son maître de la vendre. Malgré l'indigence dans laquelle il vit - et au grand étonnement de maître Jean - Horace ne peut se départir de son animal préféré (romance et trio: "Qu'il garde son argent") qui lui rappelle Sylvie. Maître Jean apprend toutefois qu'Horace en est toujours amoureux et s'empresse de le lui rapporter. Il suggère à Sylvie de tenter d'acheter elle-même la colombe ; elle hésite, mais, réfléchissant jalousement au splendide perroquet de sa rivale en société, Amynte, elle accepte l'idée de maître Jean. Seule, Sylvie exprime sa confiance dans le pouvoir de l'amour qui amènera Horace à lui laisser son oiseau (air: "Je veux interroger ce jeune homme"). Le fait de recevoir Sylvie met Horace au comble de la joie ; elle annonce promptement qu'elle restera dîner (quatuor: "O douce joie").
Acte II. Même lieu, même décor
Maître Jean s'est porté volontaire pour préparer le repas et chante l'art culinaire (air: "Le grand art de cuisine"). Mazet revient du marché les mains vides, les fournisseurs refusant de faire encore crédit à Horace. Après une longue discussion avec maître Jean sur la meilleur façon de servir divers plats qui sont évidement impossibles à préparer en raison des circonstances, Horace et Mazet mettent la table et décident de tuer la colombe afin d'offrir un repas (duo: "Il faut d'abord dresser la table"). Entre-temps, Sylvie est assaillie de tendres pensées pour Horace (romance: "Que de rêves charmants". Ils s'assoient pour dîner et, au moment où Sylvie demande sa colombe à Horace, il lui révèle qu'elle a été tuée. Mazet paraît avec un oiseau rôti ; toutefois, au soulagement général, il ne s'agit pas de la colombe, mais du perroquet d'Amynte qui s'était échappé un peu plus tôt. Sylvie se réjouit de savoir la colombe d'Horace encore en vie, car elle lui rappellera toujours son amour. Happy end.
Direction musicale : Françoise Tillard
Sylvie, soprano : Clara Penalva
Horace, ténor : Charles Mesrine
Mazet, mezzo  : Laura Muller
Maître Jean, baryton : Franck Le Guérinel
Piano : Françoise Tillard
Violoncelle : Soizic Chevrant

Les commentaires sont fermés.