MÉLODIES ET LIEDER

Le fonctionnement de la classe « Mélodies et Lieder »
Françoise Tillard a pris sa retraite de la Ville de Paris mais a été remplacée par Nicolas Fehrenbach. Ô chance, la classe a été pérennisée. Vous pouvez trouver ici la Fiche de renseignement concernant l’audition 2020-2021.  
On verra si elle changera par la suite.
OiseauL’idée d’un enseignement de la mélodie et du lied est né d’un manque criant dans la formation des chanteurs et des pianistes accompagnateurs. Le répertoire est en effet aussi riche que varié, son étude est sans fin, c’est le lieu où la musique et la poésie fusionnent. Y consacrer sa vie, c’est la moindre des choses.
Au départ, en 1995, la Fondation d’entreprise France Télécom a chargé Françoise Tillard, via l’association Parole et Musique, d’organiser un tel enseignement.
Après quelques années, la classe Mélodies et Lieder s’est institutionnalisée, d’abord à l’Université Paris III- Sorbonne nouvelle sous forme de Master « Art du Récital » puis, devant le formalisme universitaire, la classe a trouvé sa place dans les conservatoires de la Ville de Paris où Françoise Tillard, nommée professeur d’accompagnement, a pu l’installer. 
Les cours ont lieu au Conservatoire du Xe et au Conservatoire du VIe de Paris le mercredi matin, le jeudi après-midi  et le vendredi.
Le répertoire va de Haydn à nos jours en faisant la part belle au romantisme : il s’agit en effet entre les deux partenaires, chanteur et pianiste, d’un rapport conscient/inconscient, dit/non dit, chanté/rêvé… Le chanteur doit dire le texte avec une exactitude d’acteur, et le pianiste prend le relais mais sans paroles…
Nous divisons mentalement le répertoire en cinq têtes de chapitre, pour que chaque chanteur et pianiste puisse fouiller dans chaque catégorie et finir son parcours en ayant tâté de tout :
  1. Le premier romantisme allemand, Schubert, Schumann, Mendelssohn Bartholdy, Fanny Hensel…
  2. Le romantisme français, Chabrier, Fauré, Saint-Saëns…
  3. Le post romantisme, Wolf, Mahler, Strauss, Debussy, les Russes…
  4. Le XXe siècle, Ravel, de Falla, Roussel, Berg, Honegger, Poulenc, Rodrigo… et les contemporains.
  5. Le XXe siècle en chansons, encore Poulenc, Bernstein, Kosma…
L’année est articulée ainsi : audition en septembre, puis, dès le premier jeudi d’octobre puis le premier jeudi du mois tous les deux mois se donnent des « auditions pour le plaisir ». Ce sont des exercices d’élèves sur des répertoires variés pour les rôder en public. Puis vient la première masterclasse organisée par Parole et Musique : Regina Werner, professeur à la Hochschule Felix Mendelssohn Bartholdy de Leipzig, vient en mars leur donner le point de vue allemand sur le Lied.
La dernière audition pour le plaisir, en juin, sert d’examen. On s’invente une « dominante », avec au moins un Lied (allemand) et une mélodie français par personne. En 2014, s’est ajoutée une troisième pièce du compositeur Benjamin Britten. En 2015, à la mélodie et au Lied s’ajouta une vocalise-étude tirée de la collection Hettich. En 2016, les programmes tournèrent autour du monde méditerranéen. En 2017, nous avons eu un bestiaire les 1er et 2 juin. En 2018, les concerts ont tourné autour des influences populaires.
Le cours « Mélodies et Lieder » fait partie du cursus des conservatoires de la Ville de Paris, donnant l’équivalence d’une UV de DEM (Diplôme d’Etudes Musicales). Parole et Musique intervient en complément, en 2015 avec une masterclasse de l’alto britannique Catherine Wyn-Rogers puis de la soprano allemande Regina Werner. En 2016 et 2017, après la venue de Regina Werner en mars, ce fut la soprano canadienne Donna Brown. 

Tous les ans, depuis, Regina Werner est venue de Leipzig pour donner une semaine de masterclasse. Cet événement sera désormais annoncé dans la catégorie « masterclasses ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le texte est le coeur même de la musique