Cendrillon

Il s’agit d’un opéra comique de salon. Œuvre lyrique transposant le conte de fée sous la Troisième République, elle est écrite pour occuper l’espace d’un salon bourgeois, créant ainsi un rapport particulier et intime entre les spectateurs et les artistes, sept chanteurs et une pianiste.

Depuis plusieurs années la pianiste Françoise Tillard travaille à réhabiliter la musique de salon qui fit la joie des mélomanes du XIXème siècle. Elle tenait à commencer par la Cendrillon de Pauline Viardot. La jeune metteur en scène Ruth Orthmann, assistante de André Engel, fut enthousiasmée par le projet. Elles eurent la chance d’y intéresser le Centre Dramatique National de Savoie et Ile de France Opéra Ballet.

Texte et musique de Pauline Viardot

Opéra comique de salon

La grande cantatrice Pauline Viardot (1821-1910) qui remportait de grands succès sur les scènes européennes dans les années 1840-1860 était aussi une compositrice de talent.

L’opéra que présente Françoise Tillard aujourd’hui a été donné à Paris pour la première fois le 23 avril 1904 dans les salons de Mademoiselle de Nogueiras.

Pauline Viardot, qui était elle-même une pianiste accomplie, ancienne élève de Liszt, et une remarquable pédagogue, a créé et dirigé l’œuvre au piano.

L’originalité du livret est que le père de Cendrillon, un ancien bagnard, est devenu un épicier parvenu qui se fait appeler le Baron de Pictordu. L’œuvre présente quantité de situations cocasses où le snobisme des demoiselles de Pictordu contraste avec la gentillesse et le bon cœur de Cendrillon.

La pièce peut être représentée devant tout public. L’ambiance est partagée également entre fantaisie et féerie. Ce Cendrillon doit se jouer avec humour et bonne humeur. L’espace scénique essaierait d’intégrer les spectateurs dans l’esprit d’un « salon ». L’importance de tous les rôles est à peu près égale, et les dames de la cour participant au bal donné par le prince peuvent être jouées par la fée, la metteuse en scène et même la pianiste…

Entretien avec Françoise Tillard

Pauline Viardot, cette amie proche, texte de Françoise Tillard

Cendrillon, notes pour la mise en scène, texte de Ruth Orthmann

Les interprètes :
Cendrillon : Anne Marchand, soprano
Maguelonne de Pictordu : Ludmila Marchadier, soprano
Armelinde de Pictordu : Jennifer Tani, mezzo
La Fée : Cécile Bonnet, soprano
Le Prince Charmant : Olivier Dumait, ténor
Barigoule, chambellan du Prince : Jean-Baptiste Dumora, baryton
Le Baron de Pictordu : Matthieu Lécroart, baryton
Direction musicale et piano : Françoise Tillard
Mise en scène : Ruth Orthmann
Scénographie et costumes : Anne Levacher

Durée : une heure et quart environ

Cette Cendrillon a été donnée 35 fois en 2001-2002 en Ile de France et en Savoie.