Karine Godefroy

 

KARI

Après une Maîtrise de Lettres Modernes à La Sorbonne, Karine Godefroy, soprano lyrique, entre à la Guildhall School of Music de Londres qui lui accorde une bourse et d’où elle sort diplômée en 2000. Récompensée d’un Premier Prix de Chant de la Ville de Paris et d’un Prix de Chant Baroque, elle se perfectionne auprès de C. Ludwig, F. Pollet, G. Johnson, B. Bonney, G. Bacquier, R. Yakar,Y. Minton, H. Crook et U. Reineman, étudie le Lied et la mélodie avec F. Tillard, chante en choeur sous la direction de Sir C. Davis, M. Minkowski, L. Equilbey et P. Herreweghe avant de devenir soliste professionnelle.

En 2001 Karine est invitée à Rome pour rejoindre la Troupe “Laboratorio dei Voci” durant six mois (dir. C. Gibault) puis elle participe à l’Académie Européenne d’Aix-en-Provence où elle donne notamment des récitals accompagnée par J. F. Ballèvre et N. de Figuerreido.

Elle fait ses débuts dans le rôle de Rosine (”Il Barbiere di Siviglia”) puis interprète Hélène (”La Belle Hélène”, dir. A. Boulfroy) et Gianetta (“L’Elisir d’Amore”). Suivent des rôles de caractère comme Jacqueline dans “Le Médecin Malgré Lui” de Gounod (m.s. A. Germain), Armelinde dans “Cendrillon” de P. Viardot (prod. I.F.O.B.) ou Lotché dans “Docteur Ox” d’Offenbach, qu’elle interprète au théâtre de l’Athénée avec un grand succès.

Très à l’aise dans le répertoire léger (Karine est engagée pour trois saisons par la Compagnie Les Brigands), sa voix chaude et ronde et sa présence scénique l’amènent vers des rôles plus lyriques comme La Comtesse (“Le Nozze di Figaro”, dir. D. Trottein), Elvire dans “Don Giovanni” (Festival de ST_Céré) ou Micaëla dans “Carmen” à l’auditorium de Dijon (m.s. O. Desbordes).

Karine a incarné Siebel dans “Faust” de Gounod à l’opéra de Nice (dir. E. Vuillaume) et fut très remarquée dans “L’Enfant et les Sortilèges” de Ravel avec Angers-Nantes-Opéra (m.s. P. Caurier et M. Leiser).

Dans le répertoire baroque elle est soliste au sein de l’ensemble « les Demoiselles de Saint-Cyr » (dir. E. Mandrin) et donne des concerts avec L’Ecurie et la Chambre du Roy (J.C. Malgoire). Elle a interprété Vénus dans “Venus and Adonis” de J. Blow (dir. H. de Maghalaes), Nérine dans “Médée” de Charpentier (dir. C. Curnyn), ou la Nymphe de Tempé dans “Les AmantsMagnifiques” de Lully (dir. S. Marcq) .

Karine aborde également le répertoire contemporain avec beaucoup d’enthousiasme et de curiosité : cital G. Pesson et A. Webern à la Péniche Opéra avec l’ensemble Cairn, enregistrement des “Mélodies Pornophoniques” d’O. Penard pour les éditions Jobert, rôle de L’Ogresse dans “Pollicino” de W. Henze (m.s. D. Abbado).

Karine était récemment Elisetta dans “Il Matrimonio Segreto” de Cimarosa (Théâtre des Athévains à Paris) , Sylvie dans “La Colombe” de Gounod et Camille dans « Zampa »  de Hérold à l’Opéra Comique (W. Chrisite/J Deschamps).

En 2008-09 elle est Hélène avec la compagnie anglaise Diva Opera aux côtés notamment de José Carréras, puis Guadalena dans “La Périchole” à l’opéra de Lille (dir. J.C. Casadesus). Karine interprète également Marion dans “Les Saltimbanques” de L. Ganne à l’opéra de Metz et chante la partie de soliste de Carmina Burana (dir. D. Trottein).

Parmi ses projets d’ici 2011 : Carmen, Traviata, Fiordiligi, ainsi que la création de l’opéra Les Cinq Roues » pour soprano, danseurs hip-hop, maître de sabre et flûtiste (prod. « La Clé des Chants »).